Description du produit Carborex® MS.

Carburants renouvelables

Il est possible de produire du gaz d’origine renouvelable de qualité équivalente au gaz naturel fossile. Il est obtenu par épuration du biogaz. Le biogaz est un gaz produit par fermentation de déchets organiques et qui contient principalement du méthane (CH4) et du dioxyde de carbone (CO2). L’épuration est un procédé au cours duquel le méthane est séparé du dioxyde de carbone, générant ainsi un flux de méthane très pur. À la différence du biodiesel et du bioéthanol, ce biométhane possède de meilleures propriétés que le gaz naturel fossile équivalent.

Carborex MS

Le processus d’épuration du biogaz peut être réalisé avec le Carborex® MS, un système qui sépare le méthane du dioxyde de carbone grâce à la technologie membranaire. Ce processus a l’avantage d’être un procédé sec (sans produits chimiques). De plus il consomme peu d’énergie et est facile à utiliser. L’ensemble du système est monté sur skid ou en container. Il est très compact et facile à transporter. Il s’agit clairement d’une solution environnementale à faibles coûts d’exploitation.
carborex_ms

Membranes

Les membranes à l’intérieur du Carborex® MS sont constituées de centaines de fibres creuses ressemblant à des spaghettis. Les fibres creuses sont non poreuses et composées de polymères. La séparation du CH4 et du dioxyde de carbone se produit selon le principe de la perméation sélective. La structure moléculaire du dioxyde de carbone permet à cette molécule de traverser le polymère plus rapidement que la molécule de méthane. Le biogaz pénètre dans la membrane à l’intérieur des fibres creuses. La séparation se traduit par un flux riche en dioxyde de carbone côté perméat de la membrane et par un flux riche en méthane côté rétentat de la membrane.

Pré-traitement et compression

Comme indiqué précédemment, le biogaz est principalement constitué de méthane et de dioxyde de carbone. Cependant, d’autres composants doivent être retirés avant d’entrer dans les membranes. Par exemple, le biogaz contient souvent également du H2S, des mercaptans et des terpènes, ainsi que de l’eau. Ces composants doivent être éliminés avant que le biogaz ne pénètre dans les membranes. C’est la raison pour laquelle le Carborex® MS est généralement précédé d’une étape de pré-traitement durant laquelle ces composants sont éliminés. L’étape suivante consiste à comprimer le gaz à 16 bar par un compresseur. La pression optimise la séparation du méthane et du dioxyde de carbone en augmentant la perméabilité de la membrane.

Plusieurs étages versus simple étage

Une membrane contient des centaines de fibres creuses et le Carborex® MS comporte de nombreuses membranes. En fonction du flux à l’entrée, le nombre de membranes à l’intérieur du Carborex® MS peut varier. Même si une membrane sépare le CO2 du CH4, la sélectivité d’une membrane n’est pas de 100 %. Cela signifie qu’à l’extrémité d’une membrane, le flux de méthane contient toujours une certaine quantité de dioxyde de carbone. Nous appelons « étage » un ensemble de membranes. Pour obtenir un méthane très pur à la fin du processus, un second étage de membranes est placé après le premier étage. Le processus à plusieurs étages peut ainsi permettre d’obtenir des concentrations de méthane supérieures à 98 %. Du côté perméat, grâce aux boucles de circulation intelligentes, la concentration de méthane dans le flux de dioxyde de carbone peut être réduite à moins de 0,5 %.

infographic-2040-630px

Fonctionnement simple

Le Carborex® MS est un excellent exemple de ce que DMT qualifie de technologie plug&play. L’ensemble du système peut être démarré en appuyant simplement sur le bouton de démarrage. C’est un système stable et robuste. Par conséquent, il nécessite peu d’entretien. Étant donné qu’il s’agit d’un procédé sec, aucun post-traitement d’effluents n’est nécessaire.

Résultat : du biométhane ou du bio-GNV

Le biométhane produit par le Carborex® MS peut être utilisé à des fins diverses. Étant donné que le biométhane est un substitut du gaz naturel, il peut être injecté dans le réseau de gaz naturel. Si aucun réseau de gaz n’est disponible, le gaz peut être utilisé comme carburant véhicule. Dans ce cas, le biométhane est comprimé à 250 bar pour du bio-GNV, ou liquéfié (-162 °C) comme bio-GNL.

Le bio-GNL, le carburant du futur

Du gaz liquéfié écologique

Le biométhane liquéfié (bio-GNL) peut se targuer d’être le seul biocombustible de meilleure qualité que son équivalent fossile. Des études ont démontré que le bio­-GNL est le combustible le plus rentable disponible aujourd’hui pour la réduction des émissions de CO2 et constitue par conséquent l’investissement idéal pour atteindre les objectifs climatiques. En associant une combustion propre, un transport facile, une flexibilité et une sécurité renforcée en termes de capacité de réserve et de stabilité de prix, le bioGNL est en train de gagner sa place de combustible du futur dans le monde entier. Et DMT peut le produire.

Carborex®LNG en quatre étapes

Après avoir examiné les technologies déjà existantes et prometteuses, les problèmes généraux associés à la liquéfaction du biogaz (par exemple, la présence de contaminants et le gel de certains composants tels que le CO2 et le H2O) ont été surmontés en concevant un processus à quatre étapes. D’abord, un pré-traitement du gaz est réalisé pour éliminer les composants toxiques et nuisibles et sécher le gaz. Ensuite, le biogaz est épuré par les membranes du Carborex®MS plug-and-play unique. Une étape de polissage supplémentaire permet ensuite d’atteindre une qualité de biométhane exceptionnelle. Enfin, le gaz est liquéfié dans un Carborex®LNG et peut être distribué dans les stations de carburant.
logo-carborexlng-rgb     merkje_carborex_cng

Jusqu’à 30 tonnes par jour

L’étape d’épuration offerte par DMT garantit un débit de biométhane à haute pression, sec et pauvre en CO2. Le processus de liquéfaction présente les mêmes avantages. Le rendement du système est exceptionnel tout en limitant les risques opérationnels relatifs à la qualité. La technologie de DMT est à la fois flexible et peu coûteuse. Elle présente un taux de disponibilité élevé. Elle permet de produire jusqu’à 30 tonnes par jour, ce qui offre un degré variable d’intégration des étapes d’épuration et de liquéfaction.

Le bioGNL pour atteindre les objectifs climatiques

La valorisation des déchets organiques permet de participer aux efforts visant à réduire notre dépendance à l’égard des énergies fossiles et à résoudre un problème environnemental croissant. Des études ont démontré que l’utilisation du bio-GNL pour le transport permettra une réduction conséquente des émissions de CO2 et que, grâce à ce nouveau carburant, les objectifs climatiques peuvent être atteints. DMT, dont le but est de créer un avenir propre et prospère, a prouvé son expertise dans le domaine de l’épuration du biogaz, de la compression et de la liquéfaction du biométhane.